8000 ans en Brière

Lionel VISSET dans cette interview nous explique avec la passion qui le caractérise, comment avec l’aide de sa discipline, la palynologie, il restitue l’histoire de ce paysage ligérien  si particulier.

(Interview G. Mazzochi)

Crédits Photos:

Lionel VISSET, ancien professeur des Universités et directeur du laboratoire d’Ecologie et des Paléoenvironnements atlantiques, a fait toutes ses études à la Faculté des Sciences et des Techniques de Nantes. En 1964, alors Ipésien (élève professeur), il a été recruté comme assistant  de Faculté en Biologie végétale. Enseignant-chercheur, spécialisé en paléopalynologie, et après avoir soutenu sa thèse d’Etat de docteur es-sciences,  il a pu travailler avec ses élèves dans le grand Ouest atlantique, pour reconstituer à l’aide des pollens fossiles l’évolution des paysages végétaux au cours des 10000 dernières années et montrer, à partir du Néolithique, le rôle conséquent joué par les pratiques humaines (agriculture, déforestation)  sur les changements environnementaux.

Amoureux de la nature, vous découvrirez, un jour, le paysage actuel de la Brière et ses légendes. Mais cette région n’a pas toujours été un marécage et a évolué au cours des temps. 6000 ans avant J-C., elle présentait un aspect différent de celui qu’elle offre aujourd’hui. De même, les hommes néolithiques, vers 3000 avant J-C., évoluaient dans un site qu’ils ne reconnaîtraient plus.

Dix ans de travaux scientifiques ont permis de vous raconter 8000 ans de vicissitudes de ce pays.

Pour décrypter toutes les informations contenues dans les argiles et les tourbes déposées depuis plusieurs millénaires, les techniques les plus modernes et les plus sophistiquées ont été utilisées par l’auteur, enseignant-chercheur au Laboratoire d’écologie et de phytogéographie de la Faculté des sciences de Nantes: sondages, analyses des grains de pollen fossiles, datations par le radiocarbone, microscopie électronique à balayage.


Intervenants

Lionel VISSET – La Brière, l’un des plus prestigieux marais d’Europe décrypté par l’étude des pollens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *